grizzlydenali

Voyager au pays des grizzlis

septembre 17, 2015 / by / 0 Comment

L’Amérique du Nord est une terre d’ours. Vous en trouverez partout dans l’Ouest américain et jusqu’en Arctique. Après de nombreuses recherches sur le sujet et plus de 5 mois passés à voyager sur leur terrain de jeu je pense être en mesure de pouvoir vous apporter une très grande partie des réponses que vous cherchez si vous venez voyager ici.

 

Qui ? Quoi ? Où ? Quand ?

 

L’ours noir et le grizzly, bien que différents physiquement, restent de la même famille et ont un comportement quasi-similaire.

La période

Comme vous le savez sans doute, l’ours hiberne. Vous ne devriez donc pas les croiser pendant l’hiver, même si il peut leur arriver de se relever de temps en temps. Les mères et leurs petits vont se coucher à partir de la mi-Octobre. Les mâles à la mi-Novembre. Ils se réveillent ensuite au Printemps (Avril-Mai).

L’endroit

Comme je vous le disais ils sont partout en Amérique du Nord. L’Ouest recense plus de grizzlis. Manque de bol pour moi j’ai choisi de traverser tout l’Ouest, du Sud au Nord, durant mon tour du monde. Mais si vous lisez cet article aujourd’hui c’est que j’ai dû m’en sortir.
Les ours noirs auront tendance à vivre en forêt et à proximité des villes. Les grizzlis restent plus en altitude où il fait plus frais. Comme tous les animaux ces bêtes sont imprévisibles et il n’est pas impossible de les croiser dans des endroits où on ne les attend pas.

grizzly

Que mangent-ils ?

Oui, ils peuvent manger des Hommes. Comme votre chien peut subitement décider de vous refaire le portrait. Nous ne sommes cependant pas une nourriture qu’ils affectionnent. Ce sont des animaux omnivores. Ils vont croquer des cadavres d’animaux mais se nourrissent principalement, à l’état sauvage, de baies. Ils peuvent en avaler jusqu’à 250.000 par jour. Le sens principal de l’ours est l’odorat. Ils ont un des meilleurs au monde et peuvent sentir quelque chose à grailler à plus d’un kilomètre. C’est pourquoi les poubelles sont différentes en Amérique du Nord, afin que les ours ne puissent pas les ouvrir. Car nos déchets les attirent et eux aussi viennent donc faire leurs courses en villes.

 

Différencier l’ours noir et le grizzly

 

Il existe deux types d’ours en Amérique du Nord. L’ours noir et le grizzly. Pour schématiser, vous pouvez assimiler le premier à Salamèche et le second à Dracofeu (bon faut suivre Pokémon aussi…).

L’ours noir

C’est l’ours que vous retrouverez un peu partout. Si il est, comme son nom l’indique, noir, il se peut que vous en croisiez un brun ou un doré. Pouvant facilement atteindre les deux mètres sur les pattes arrières pour les gros spécimens ils sont cependant plus petits que ce à quoi je m’attendais. Une bonne chose ! Ceux-ci sont capables de grimper aux arbres et, comme tous les autres ours dans le monde, ils courent plus vite que nous.

Le grizzly

On rentre dans les choses sérieuses. Le nom fait claquer les fesses et il y a de quoi. Le grizzly est celui que l’on appelle communément « ours brun ».
Celui-ci est le même que son cousin mais en plus grand et plus puissant. Ses poils sont marrons. Ca va du très foncé au très clair. Le nom « grizzly » vient du fait que le bout de ses poils est blanc. Vous ne le verrez pas à distance mais si vous vous approchez de très prêt ou en ramasser sur un arbre auquel il s’est frotté vous pourrez l’observer. On le différencie surtout car il a une bosse sur la nuque. C’est très facile à voir, vous ne pouvez pas vous tromper. Il a un gros faible pour le saumon et possède d’énormes griffes qui ne lui permettent pas de grimper aux arbres. Il courent aussi plus vite que nous.

pattes

 

 

Voyager au pays des grizzlis (et des ours)

 

Que faire pour ne pas le croiser ?

Vous équiper

Avant toute chose il est impératif de vous équiper d’une « Bear spray ». C’est la première chose que je me suis acheté dans le Colorado en arrivant et tout le monde en a une dans le Nord. C’est ni plus ni moins qu’une grosse bombe lacrimo que vous devez garder à porter de main quand vous êtes en zone sensible (et pas dans le sac à dos !!!!!).
En bonus vous pouvez prendre des « Bear bangers » (des pétards), un fusil (très exagéré) et un couteau de chasse (si vraiment vous êtes dans la merde).

Les prévenir de votre présence

Lorsque vous randonnez, idéalement en groupe d’au moins 4 personnes (j’étais tout seul la plupart du temps et j’ai quand même survécu), faites en sorte de signaler votre présence à l’ours. Tapez dans vos mains, parlez fort, démerdez vous pour faire du bruit. Moi je parlais tout seul et sortais un petit « Hey Bear ! » de temps en temps.
De ce que j’ai entendu la clochette c’est de la baise et sers uniquement à rapporter du fric. Le son qu’elle émet n’est pas assez fort (qui plus est à côté d’une rivière) pour que l’ours l’entende. Cela peut même attirer les plus jeunes (les « trouble bears ») qui sont très curieux et qui n’assimilent pas le son de la clochette à celui de l’Homme.
Certains endroits ouverts vous permettront d’être un peu plus cool à condition de vous servir de vos yeux. Les forêts, les rivières, le bush ou tout autre endroit où il n’y a pas de visibilité demandent d’être vigilant.

 

Le campement

 

Repas et nourriture

Tout ce qui a une odeur, et donc ce qui se mange, va attirer l’ours. Que ce soit votre bouffe lyophilisée, vos Kit-Kat ou vos sardines. Vous avez quand même plus de chance de le ramener avec les sardines…
Il est impératif de prendre votre repas à au moins 30m de votre tente. Personnellement j’étais toujours à 100m au minimum. Une fois votre repas fini vous devez enlever les vêtements avec lesquelles vous avez mangé et les mettre avec votre nourriture (je ne l’ai jamais fais car je mangeais beaucoup de nourriture froide et sèche). L’ours sent tout. Même les gouttes de jus de fruits qui sont tombés sur le T-shirt le matin.
Ensuite il y a deux possibilités. Coincer votre sac dans un arbre (rappelez-vous, l’ours noir grimpe aux arbres), idéalement sur une branche qui ne supporterai pas le poids d’un ours, ou bien, mettre vos affaires dans un bidon anti-ours. Ca coûte plus de 60€ et je n’en avais pas pris.
A partir de là vous pouvez aller vous coucher.

grizzlydenali

 

 

Sous la tente

Il est hyper important de ne rien avoir avec soit dans la tente qui peut avoir une odeur. Avez-vous pensé à enlever votre savon, dentifrice, crèmes, médicaments, papiers de barres de céréales, etc… ? L’ours sent absolument tout.
Même moi qui avais vraiment très très peur des ours ça m’est arrivé d’oublier d’enlever ma trousse à pharmacie quelques fois. Rien ne m’est arrivé mais mieux vaut ne pas essayer, bien que ce soit des choses qui arrivent.
Une fois que vous êtes clean vous pourrez dormir « tranquillement ». J’entends par tranquillement que vous ne pourrez rien vous reprochez si jamais vous aviez de la visite pendant la nuit, mais étant donné qu’il n’y a aucune odeur, et que la votre ne les intéresse pas, vous ne risquez rien. Normalement.

 

Rencontre avec un ours

 

Si malgré tout vous veniez à tomber sur un ours (ou un grizzly), restez calme. Comme tous les animaux, ils sentent si vous avez peur ou pas. 9 fois sur 10 l’ours va s’en aller en courant. Ces animaux ont peur de l’Homme et cherchent, comme vous, à éviter le conflit.

Dans un premier temps, restez sur la défensive

Si jamais l’ours ne fait pas demi-tour, commencez à lui parler calmement en vous excusant de l’avoir dérangé tout en faisant marche arrière. Ne jamais tourner le dos à un ours, vous y allez à reculons. Vous devez regarder dans sa direction pour voir où il est mais pas croiser son regard (vous le défieriez). L’ours, à défaut d’avoir un bon odorat, ne voit pas très bien. Levez les bras pour paraître plus grand et plus fort. Si vous avez un sac à dos vous pouvez le mettre sur votre tête (ne le jetez pas par terre). Le sac sera, pour la plupart du temps, votre seul bouclier en cas de baston. Il vous protégera pendant un petit moment et l’ours laissera quelques forces en tapant dessus.
Si l’ours fait des petits bruits avec sa bouche, des soufflements ou bouge les babines c’est pour dire de ne pas approcher plus prêt de lui. La plupart du temps quand ça se passe mal c’est que vous êtes trop près de lui (volontairement ou non) et qu’il vous considère comme un agresseur.
A ce stade, vous vous serez sorti de 99% des situations de face à face avec un ours ou un grizzly.

grizzlyjasper

Essayer de l’intimider

Si en faisant tout ça rien ne marche cela veut dire que ça commence à sentir mauvais. Si en reculant tranquillement l’ours continue de vous suivre changez de direction pour voir si il tourne aussi. Si c’est le cas placez-vous dos au vent et commencez à l’intimider. Parlez plus fort jusqu’à crier. Faites du bruit avec un bâton, des pierres, un sifflet.
Maintenant vous savez normalement qui vous avez en face de vous. Un maman avec ses bébés (le plus dangereux), un jeune, un grizzly… A partir de là vous pouvez commencer à attaquer si vous êtes sûr que l’ours n’est pas sur la défensive (si il vous suis, tourne autour, renifle c’est qu’il en veut plus). Vous pouvez lancer des pierres, des bouts de bois, tout ce qui va passe sous la main et qui peut faire mal ou dissuader.

Attaquer l’ours

Encore une fois très peu de chance d’en arriver là. Cette partie va être très courte. Si c’est un jeune ours noir on peut tenter la baston tant qu’ils ne sont pas trop gros. C’est vous qui vous sentez après. Si c’est un grizzly n’essayez même pas. Ils vous chargeront pour vous tester et vous effrayer mais s’arrêteront à la dernière seconde. Si vous courrez vous êtes une proie.
Il vous faut donc utiliser votre « Bear spray ». C’est pour ça que vous avez fait en sorte de vous trouver avec le vent dans le dos. Les bombes crachent à 9m pendant 5 à 6 secondes. Plus l’ours est prêt plus il va s’en prendre dans la gueule et mieux c’est. Attention à ne pas déclencher trop tôt au risque de ne pas en avoir assez pour lui faire faire demi-tour. Attention aussi à ne pas déclencher trop tard… 🙂 5m est l’idéal.

Attendez-vous à passer un sale quart d’heure

Si tout ce que vous avez fait jusqu’à maintenant ne l’a pas repoussé (très peu de chance) alors vous allez passer un sale quart d’heure. Soit c’est un jeune ours noir et vous pouvez tenter de vous défendre en restant debout. Libre à vous de faire votre choix. Soit c’est un adulte ou tout type de grizzly et dès le premier contact vous devez vous mettre à plat ventre et « faire le mort ». Certainement beaucoup plus facile à dire qu’à faire. J’ai pensé la même chose au début. Ainsi vos organes vitaux sont donc contre le sol et vous avez vos mains sur votre tête. Votre sac à dos va occuper l’ours un moment.
L’ours ne va pas chercher à vous manger, notre viande n’est pas bonne. Vous représentez une menace pour lui et il cherche à vous immobiliser. Il va vous mettre des tatanes un peu dans tous les sens et éventuellement vous pisser dessus. Après ça il partira. Ou vous mangera si il avait vraiment la dalle (très peu de chance je vous le rappelle).

craneours

Bon à savoir

Le dernier paragraphe représente un petit pourcentage de chance de ce qu’il peut se passer. J’ai vu une bonne vingtaine d’ours et grizzlis durant mon séjour et il ne m’est rien arrivé.

  • Si il y a baston visez le nez si vous êtes aux poings. Si vous n’avez pas le temps de vous mettre sur le dos et que vous avez un couteau visez la gorge, le coeur, l’entre jambes et/ou les tendons derrière les genoux suivant ou vous vous situez par rapport à lui.
  • Tous ces conseils ne s’appliquent pas à l’ours polaire et au panda géant qui ont deux caractères bien différents. Le premier cherchera à vous bouffer et aura de grandes chances d’y parvenir. Le second vous regardera en se grattant les couilles pendant qu’il mange son bambou.
  • Un bébé ours tout seul c’est mignon. Il faut être conscient que Bébé ours = Maman ours. Même si vous ne la voyez pas elle est là et elle va vous défoncez si vous approchez ou vous restez prêt de son petit.
  • C’est normal d’avoir peur. Le jour où vous n’aurez plus peur c’est là que ça deviendra dangereux car vous ne ferez plus attention aux choses à respecter.
  • Si vous en avez la possibilité, regardez ce DVD avant de partir :
    http://www.worldcat.org/title/staying-safe-in-bear-country-a-behavioral-based-approach-to-reducing-risk/oclc/56891041
  • J’avais une peur panique des ours et des grizzlis. Je me demandais limite si je n’étais pas devenu phobique. En voir un de chaque en chair et en os depuis la voiture et pouvoir les observer m’a permis de relativiser. Je garde toujours une belle appréhension mais ça va mieux.
  • Vous n’êtes pas un héros. Quand vous verrez une empreinte de grizzly et les « poop » qu’ils lâchent cela vous aidera à remettre les pieds sur terre.
  • Le grizzly va beaucoup plus vite que vous mais il a quelques lacunes en descente. Si vous êtes un héros il y a peut-être quelques chose à tenter, mais ne vous loupez pas.
  • Si vous courrez devant un ours vous devenez une proie. Une proie est faite pour être chassée, que ce soit par un ours ou par des loups.
  • Les filles, pendant vos règles il est préférable d’aller en auberge ou à l’hôtel. J’ai croisé une nana qui m’expliquait qu’elle dormait dans sa voiture avec son copain et qu’elle a été réveillée dans la nuit par un grizzly qui grattait l’auto de son côté.

grizzlyneige

Je pense que vous savez désormais tout ce que je sais. J’ai essayé de synthétiser toutes les informations que j’ai trouvé sur différents sites et forums. J’ai parlé avec certains rangers et énormément de locaux. Les Dr Pamela et Craig Knowles (du ranch dans le Montana) qui sont biologistes spécialisés sur la faune de l’Ouest américain m’ont bien informé. Marie Gallagher, biologiste spécialisée sur les grizzlis, m’a aussi beaucoup appris sur ces bêtes et s’est assuré que je ne disais pas de connerie dans cet article avant sa publication.
Vous pouvez donc partir serein, en toute connaissance de cause. Vous en savez désormais plus que beaucoup de locaux. Les topos et formations des rangers sur place sont bien moins complets que cet article. Kiffez votre voyage. Les ours et les grizzlis ont peur de vous. Si vous êtes 3 ou 4 vous ne craignez rien (à moins qu’ils soient 3 ou 4 en face). Et n’hésitez pas à partager cet article à ceux qui partent bientôt en voyage ainsi qu’à me poser vos questions si quelque n’est pas clair.