arcticcircle

Vous ne devinerez jamais ce que j’ai bu avant de rejoindre le cercle polaire

août 28, 2015 / by / 0 Comment


Il y a des fois où quand ça veut pas, ça veut pas… Après l’annulation du trip en canoë j’étais prêt à partir quelques jours plus tard pour Vancouver. En lisant ce titre vous pouvez penser que soit je me suis planté de route soit ça ne s’est encore pas passé comme prévu.

Le plan initial

 

J’avais décidé de renoncer aux 740km de canoë sur la Yukon River car on m’avait proposé un road trip en van tous frais payés pour descendre jusqu’à Vancouver. Une famille déménageait de Whitehorse en Colombie-Britannique et voulait que je leur descende leur deuxième van. Mais carrément ! Oui mais voilà, une fois l’annulation du canoë faite ils ont finalement décidé de descendre leurs deux voitures. Je suis donc resté sur le carreau. 
J’avais prévu de rejoindre Margot et François, deux collègues de Décathlon, pour aller surfer sur Tofino (Vancouver Island) mais ça aussi c’est tombé à l’eau. 
Je suis donc resté quelques jours supplémentaires sur Whitehorse le temps de trouver un énième plan. C’est sur l’équivalent du Bon Coin (Kijiji) que j’ai trouvé mon bonheur. J’ai croisé les doigts jusqu’au bout pour ne pas me retrouver couillonné à la dernière minute. Finalement ça a matché.

feuxdecamp

La boisson la plus folle que j’ai jamais bu (et que je ne boirai plus jamais)

 

Le nouveau plan est donc de partir au Nord. Encore et toujours au Nord… Je suis en compagnie de Jandra, une institutrice canadienne pour ce voyage. A l’initial nous avions une date de départ, mais pas de retour.

Dawson City

Premier arrêt après une journée de voyage dans cette ville chargée d’histoire. Après avoir débarqué à Skagway (où j’ai pas réussi à aller en stop il y a un mois) les 30 000 mineurs ont marché 160km dans les montagnes du Sud du Yukon avant de construire des radeaux et de descendre jusqu’ici. Tout ça s’est passé en 1898, au moment de la ruée vers l’or. Dawson a écrit son histoire autour de cette épopée. 
Pour moi le « Goldrush » comme ils l’appellent, ça se passait pas ici. En fait, je sais pas trop où ça se passait mais les westerns et Lucky Luke étaient pas tournés au milieu des bois où tu prends des -50°C pendant l’hiver. Je me coucherai moins con ce soir ! 
A part être gorgée d’histoire Dawson n’a rien de bien intéressant. Enfin si, un truc !

Le « Sour Toe Cocktail »

L’histoire

C’est Marie qui m’en avais parlé. Un truc complètement décalé ! Vous commencez à me connaître l’idée m’a tout de suite plut. Cela ressemble à notre fameuse « Vipérine » que nous avons dans les Alpes et que tout le monde à vue dans « Les Bronzés font du ski ». Oui, sauf que là on est un cran au-dessus.
Le concept : Boire un shot avec un doigt de pied humain à l’intérieur. Le morceau de viande est déposé dans le verre de chaque participant afin qu’il touche nos lèvres lorsque l’on se désaltère.
Tout a commencé au 16ème siècle lorsque la consommation d’alcool était interdite en Amérique du Nord. Comme d’hab, il y avait des passeurs qui faisaient leur commerce sur la Yukon River. Un jour l’un d’eux tomba dans la Yukon. Y restant un bout de temps la gangrène commença à apparaître et il dût se faire couper le pied. Ne voulant pas le jeter comme ça il le mis dans une bouteille d’alcool pour le conserver. Quelques années plus tard c’est le capitaine d’un bateau qui retrouva la bouteille et commença à la servir à ses clients.
3 doigts de pieds ont écrit l’histoire. Le premier a été avalé par une nana bourrée tombée de sa chaise. Le second a été mangé par un mec. Oui car à l’époque il était interdit de le manger sinon une amende de 500$ tombait. Et puis quoi ? Considérant ça comme du « cannibalisme légal » le mec à donc avaler le doigt de pied et sorti 5 billets de 100$ avant de partir comme si de rien était.
Le troisième doigt de pied c’est celui qui va être dans mon verre aujourd’hui. Il appartient à une nana qui se l’est coupée accidentellement avec sa tondeuse il y a maintenant 42 ans.

sourtoecocktail

La dégustation

Nous nous retrouvons donc avec Jandra et Angela à 9h du soir au bar pour tenter cette expérience. Angela est une suissesse rencontrée quelques heures plus tôt en ville et qui vient de Gstaad. Elle va faire la route avec nous du coup.
Chacun paie sont verre d’alcool (entre 5-6$) puis va voir le capitaine pour se faire servir ajouter le doigt de pied à l’intérieur. Il faut encore sortir 5$. Comme « Honneur aux dames » n’existe pas ici c’est moi qui commence.
Le capitaine m’explique que si je décide de le manger l’amende est de 2500$ maintenant et me le dépose dans le verre. Le bout de viande est tout noir et l’endroit où il a été coupé part carrément en lambeaux. Ni une ni deux j’avale mon shot (Vodka framboise, comme les petites filles de 16ans) et le doigt vient toucher mes lèvres. Je repose le verre pensant que c’est fini.
Et bien non ! Le capitaine essore le doigt de pied afin de faire sortir les quelques goutes d’alcool qui s’étaient glissées à l’intérieur. Je porte donc le verre une deuxième fois à mes lèvres. Cette fois-ci ça n’avait pas du tout le même goût !! Largement buvable mais quand je pense d’où le goût venait…

Vous pourrez vous aussi tenter cette dégustation pour le moins insolite et repartir avec votre diplôme (le mien va servir pour allumer le feu prochainement). Ca se passe au Dowtown Hotel.

Direction le cercle polaire arctique

 

N’ayant pas fait tout ce chemin pour devenir alcoolique nous reprenons la route pour filer au Nord. Encore et toujours le Nord…

Tombstones Territorial Park

Nous nous mettons en route et attaquons la Dempster Highway. Ici le goudron c’est has been. Plus de 700km de piste s’offrent à nous. Ca varie entre la terre en temps normal, la boue par temps de pluie et la poussière par temps sec.
Le parc de Tombstones est la première chose que nous traversons. Maxime m’expliquait qu’à partir du 15 Août c’était la meilleure saison pour y aller car l’Automne était déjà arrivé. Il s’était pas trompé le bougre ! Des montagnes avec des couleurs comme jamais je n’aurais imaginé. Du rouge, du jaune, du orange, etc… Incroyable. Les mots me manquent pour décrire ce que j’ai vu. Je pensais pas que ça pouvait exister et c’est la plus belle chose que j’ai vu. Je vous souhaite d’y mettre les pieds un jour. Moi j’y retournerai !

Nous croisons Les en chemin, un photographe de National Geographic, qui attend le bon moment pour prendre sa photo. Nous sommes restés 5min à papoter avec lui au beau milieu de la route sans avoir été dérangé par le passage de qui que ce soit. Voici ce qu’il souhaitait prendre :

tombstones

J’ai aussi eu ma première frayeur depuis le début. Une belle chute de deux mètres d’un rocher avant de rouler dans le pierrier en-dessous. Miraculeusement je n’ai que quelques égratignures. C’est ça de sauter sur les gros cailloux et de pas viser correctement… 😉

Le Cercle Polaire

C’est la première chose qui m’a motivé pour ce roadtrip. Passer le cercle polaire. C’est quand même dingue ! J’ai fais mon petit selfie après avoir grimpé sur le panneau j’étais content !
La route continue et oscille entre forêt boréale (forêt de sapins) et toundra en fonction de l’altitude à laquelle on se trouve. Il faudra attendre un moment avant que les derniers mouvements de terrains disparaissent pour laisser place à un immense champs de sapins à perte de vue tout plat.

Inuvik

Pareil que Dawson, la ville n’est pas franchement intéressante, et nous ne sommes pas montés pour ça. Cette ville pue l’alcool comme j’ai jamais vu. Nous y passons quand même une journée afin de flâner dans les rues et d’aller au marché local. En plus l’armée offrait le diner pour le « Jour de la Communauté » ! Il n’en faut pas plus me convaincre.

La principale attraction de la ville est son église en forme d’igloo. C’est plus un business qu’une église à mon sens… Inuvik est aussi la porte d’entrée de l’Arctique. Se situant au bord du delta de MacKenzie il ne faut qu’une petite centaine de kilomètres en avion pour rejoindre Tuktoyaktuk (il faut avoir l’air de la chanson de 118 218 pour le prononcer correctement) et se retrouver en face de l’Océan. Bande d’enfoirés… Je passe mon tour en me disant que j’aurai certainement une autre chance de le voir avant mon retour à la maison.
Dans quelques mois les conditions climatiques permettront à la route de glace de se former et vous pourrez y accéder en voiture. Vous pourriez même viser encore plus haut.

inuvik

En route vers le Sud

C’est la première fois depuis plus de 4 mois que je vous dis qu’on roule vers le Sud ! Trop cool ! En même temps, après être monté pendant tout ce temps il fallait que je change de direction à un moment. Hawaii c’est dans moins d’un mois. Je me vois déjà en train de me toucher la nouille sur la plage.
En attendant je suis encore dans le grand Nord pour quelques semaines. Bien que je kiffe ma chambre à l’intérieur de la voiture (et ouais j’ai encore réussi à négocier) je décide de planter la tente sur le meilleur spot de camping sauvage que j’ai jamais vu. Au sommet d’une petite falaise avec vue sur le delta et la végétation multicolore. Au top ! Bon c’est vrai que j’ai pas passé la meilleure nuit de ma vie mais bon, on ne peut pas tout avoir…
Du coup debout à 5h du matin. Combien vaut un lever de soleil au delà du cercle polaire ?

Nous avons choisi de faire la descente des 700km en une journée en nous relayant pour être le plus performant possible. Avec des pointes à 120km/h sur la piste et sous la pluie la voiture voulait aller partout sauf tout droit. Mais on est entier à l’arrivée.

dempster highway

Nous voilà de retour à Dawson après cette virée dans le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest. Nous préparons donc notre plan pour la suite de l’aventure afin de pouvoir prendre un maximum de plaisir, bien que l’hiver approche à grands pas.