tereljnationalpark

Oulan-Bator et le Parc National de Terelj

juin 07, 2016 / by / 0 Comment

Après notre grande aventure chez les Tsaatans vint le temps de retourner dans le monde moderne. L’occasion pour nous de reprendre nos aises à Oulan-Bator, capitale de la Mongolie, avant d’enchaîner avec un trek de 4 jours dans le parc national de Terelj.

 

Oulan-Bator

 

Le retour

Epuisés, nous tombons raides morts dans notre auberge à Tsagaannuur. Nous ne l’avions pas compris mais le trajet en voiture privée pour revenir à Mörön n’était pas inclut dans ce que nous avais demandé Zaya. On s’en est sorti pour 300 000 T (au lieu des 400 000 T qu’on nous demandait) mais je pense qu’on peut l’avoir pour moins cher.
Une voiture publique nous aurait couté 35 000 T par personne mais pour l’époque il nous aurait fallut attendre plusieurs jours sur Tsagaannuur avant que la voiture (un minibus en fait) se remplisse.

Le chauffeur de Zaya a vraiment assuré, en plus d’être très gentil, et nous avons pu attraper le bus de l’après-midi qui partait de Mörön pour Oulan-Bator. Ca s’est joué à un poil de cul de marmotte et on ne nous a pas fait payer de billet. Pas le temps. Les réjouissances ne durèrent qu’une quinzaine d’heures puisque le chauffeur nous demanda l’argent une fois arrivés à destination.

tsagaannuur lake

 

La capitale

Comme à notre arrivée, nous partons au Nord de la ville à la guesthouse de « La petite marmotte ». On avait pas payé cher et Vincent ainsi que Tuya nous avaient grave arrangé pour planifier notre début de voyage. Nous passerons finalement tout notre séjour à la capitale chez eux. L’occasion pour moi de goûter pour la première fois a un repas chinois et un indien cuisinés par Vincent. Ca vaut pas un bon reblochon mais en voyage ça passe plutôt bien !

Pour ce qui est de la ville, rien de bien folichon. Un peu comme une journée chez les Tsaatans. On en a surtout profité pour se reposer, se soigner, communiquer et se réapprovisionner. Pour le petit truc bien dégueulasse à goûter pendant le voyage on s’est frotté au lait de chamelle (la copine du chameau). C’est ce que je disais : bien dégueulasse.
Les meilleurs burgers de la ville sont à Burger King. On aurait bien essayé un autre restaurant mais on a jamais été servi.
Pour les activités ça casse pas non plus des barres. On nous avait annoncé des petits parcs avec de la verdures, on ne les a toujours pas trouvé. Il y a aussi un temple bouddhiste à l’Ouest de la ville. Nous nous y sommes rendus pour 9h, heure à laquelle les moines font la prière. Leurs chants sont surprenants et plutôt agréables à écouter. La Mongolie voue un culte à Chinggis Khaan. C’est le mec qui a envahi la moitié du continent il y a 800ans et qui a fait de l’empire Mogol, le plus grand empire du monde. Du coup des statuts de lui partout, des bières à sont nom, des rues, un aéroport… C’est à peu près tout ce qu’on a retenu d’Oulan-Bator.

 

Le Parc National de Terelj

Amandine et moi étions bien défaits à notre retour de la Taïga. On s’est dit que Vincent, qui organise aussi des excursions, pourrait nous concocter un petit truc pour notre dernière semaine dans le pays. Histoire qu’on se casse pas trop le cul à chercher un truc et qu’on puisse faire du cheval. Il n’a jamais voulu le bougre, faute de temps pour l’organisation.

Gachuurt

Nous sommes donc parti avec l’idée de suivre la rivière Tuul autour du parc de Terelj pendant 6 jours. Ce n’était pas trop loin d’Oulan-Bator et avec la tente cela ne nous couterait pas un kopeck. C’était juste l’idée…
On se fait donc poser à Gachuurt, à une heure à l’Est d’Oulan-Bator. De là nous marchons toute la journée le long de la rivière. Je ne sais pas vraiment si c’est ça la steppe mais il y avait quelques collines et des longs plats au milieu avec beaucoup de chèvres. Si c’est ça, on a vu la steppe.
Nous arrivons le soir au niveau de la porte d’entrée du parc. Nous faisons en sorte de nous faire discret et de ne pas nous attarder pour ne pas payer les droits d’entrée du parc. Je pense aussi qu’il n’y avait pas encore quelqu’un pour nous demander nos sous à cette époque.

tereljpark

Le rocher de la tortue

Après avoir passé notre première nuit sous la tente à côté de la rivière nous nous remettons en route. Les ampoules se font sentir. Le poids de mon sac avec 6j de bouffe pour deux m’éclate les épaules. En plus de ça on marche dans un endroit rempli de déchets (gros problème en Mongolie). Au lieu de continuer à longer la rivière nous décidons donc de monter dans le parc de Terelj.

On n’avait pas prévu de marcher pendant ce voyage. J’aime partir du principe « entraînement difficile, guerre facile ». Là, on était en guerre difficile… Pas la foie d’aller crapahuter sur les crêtes, nous longeons donc plus où moins la route jusqu’à la principale attraction du parc : un rocher en forme de tortue.
Un mongol nous proposera même de rejoindre sa bande de pote pour manger un barbecue à 16h. Le même genre de barbecue qu’on voit dans Astérix et Obélix, avec le mouton qu’ils essaient de faire tourner sur une pseudo broche. Vu la couleur du mouton il a dû attraper un petit coup de chaud.
Nous continuons notre route et plantons la tente en haut d’un col dans une jolie petite forêt. En théorie, on est sur le terrain de jeu des ours. Même si ceux-ci ne seraient pas méchants nous étions contents de ne pas en croiser.

tereljforest

 

Terelj

Troisième jour. On avance bien. Même trop bien. Et pourtant, on est tout cassé. Mais plus vite on avance, plus vite on rentre. Je n’avais jamais entendu parler du problème des déchets en Mongolie. Je ne savais pas non plus que pour l’eau c’était également très tendu. Ca a été très compliqué d’en trouver après avoir quitté la rivière et le peu qu’il y avait était entouré de bétail…
Si Terelj est moche et ne ressemble pas à grand chose la suite du chemin qui termine la boucle pour revenir à Gachuurt est magnifique.
Plus un camp de yourtes, plus (trop) de déchets et beaucoup de verdures. On recommande !

Last day

Le retour est Gachuurt est long et douloureux. Si mes épaules vont mieux comme la nourriture a en partie disparue, Amandine n’a pas réussi à soigner ses ampoules. Pas le temps de se réjouir à Gachuurt nous sautons dans un bus qui doit nous ramener à Oulan-Bator.
Imaginez une ville aussi grande que Lyon, avec un réseau de bus au moins aussi développé. Aller comprendre à quel arrêt vous devez descendre quand c’est tout écrit en cyrillique. Avec un peu de chance on a réussi et on a vraiment kiffé notre douche derrière. Amandine est même allé se faire faire un petit massage derrière.

gachuurtvalley

 

Retour en France

Le retour est long et fastidieux. Nous avons voyagé avec Air China et c’est pour vous déconseiller cette compagnie que je fais ces quelques lignes.
Outre le fait que nous ne sommes pas dans les mêmes avions, les agents ont changé sans rien dire les billets d’Amandine. Elle se retrouve en escale pour 24h à Pékin au lieu de 12h. Tout ça sans rien avoir demandé.
Pour ma part, je me suis fais confisqué mes 2 briquets (1 en soute et 1 en bagage à main) à l’aéroport de Pékin alors qu’il n’y a eu aucun souci à l’allée.
Pire, ils m’ont confisqué ma batterie externe avec laquelle je voyage depuis plusieurs années (pas non plus de problème à l’allée) car la puissance n’était pas indiquée sur la batterie. Batterie X-moove très rependues chez les voyageurs français…

C’est tout simplement du racket de la part des autorités chinoises. J’avais une deuxième batterie dans le sac et ils ne m’ont rien demandé pour celle-ci. Et quand tu leurs demandes pourquoi de toutes les manières possibles ils se contentent d’un « pas autorisé » aussi non chaland que monotone.
Je vous conseille d’éviter de passer par l’aéroport de Pékin, et donc Air China. Pour venir en Mongolie, Aéroflot passe par Moscou, est un poil plus cher mais les escales durent moins longtemps.
J’ai aussi entendu parler d’un vol direct Berlin / Oulan-Bator.

 

Quelques conseils :

  • Prix du bus Mörön – Oulan-Bator : 35000T. Départ tous les jours à 8h, 15h et 18h. N’oubliez pas qu’en Mongolie il y a toujours du retard, au départ comme à l’arrivée.
  • Prix d’une nuit à la Petite Marmotte : 5€
  • Taxi Oulan-Bator – Gachuurt : 25000T
  • Entrée parc de Terelj : 3000T
  • Prix du bus Gachuurt – Oulan-Bator : 1000T

 

lastar

Ainsi s’achève notre voyage en dehors de notre continent. Retour en France pour tenter d’organiser les deux derniers mois de ce drôle de voyage qui s’achèvera le 28 Août prochain.